Description de la formation

Public cible et objectifs de la formation

1. Public cible

Ce MASTER en formation ouverte et à distance (FOAD) prépare et/ou renforce les capacités des apprenants aux métiers de l’aménagement du territoire et de la gestion des ressources, à base de l’information géographique. Les diplômés issus de cette formation, directement opérationnels, seront capables de s’adapter à des domaines très variés : Collectivités Territoriales Décentralisées, Bureaux d’études d’Impact et de gestion de l’Environnement, Instituts de recherche, Aménagement du Territoire…

Les candidats à ce master FOAD doivent répondre à certains critères spécifiques dont celui de pouvoir se connecter de façon régulière à Internet à domicile ou depuis une structure et avoir une structure d’accueil pour son thème de mémoire.

Ce MASTER 2 accueille les étudiants des MASTER I et des personnels issus des milieux professionnels ayant un niveau équivalent à Bac + 4 en sciences sociales ou en sciences de l’ingénieur.

Les candidats doivent s’engager à se déplacer au moins une fois (de préférence deux fois) à l’Université de Ngaoundéré au Cameroun. Le prémier déplacement objecte la prise de contact avec l’équipe d’encadrement et l’introduction à la plateforme FOAD du master GAGER. Le second déplacement, indispensable, est réservé à la phase pratique de la formation. La soutenance du mémoire de fin d’études pourra se faire par visio-conférence pour les internationaux qui seront dans l’impossibilité de faire le déplacement dur Ngaoundéré. Les dépenses liées aux déplacements et au séjour à l’Université de Ngaoundéré sont à la charge des apprenants. L’Université de Ngaoundéré facilitera toutefois l’acquisition des papiers relatifs aux voyage, notamment la réservation d’hôtels et les lettres d’invitations.

2. Objectifs de la formation

L’objectif principal du Master Professionnel GAGER est de former des « Aménageurs-cartographes et gestionnaires des ressources » polyvalents, qui s’intéressent prioritairement à l’organisation, au traitement et à la gestion des données cartographiques et alphanumériques aux moyens de la cartographie, de la télédétection, de l’analyse spatiale quantitative et des systèmes d’informations géographiques.

Les efforts de l’Etudiant sont surtout canalisés vers la maîtrise de méthodes et techniques en vue de l’insertion harmonieuse des ouvrages et des infrastructures dans les unités environnementales que sont les bassins versants. Bien que l’accent soit mis sur la professionnalisation, la scolarité tient une place de choix dans la formation du candidat. Celle-ci vise à développer son sens critique, à mieux le préparer à ses travaux de terrain et de synthèse, à approfondir ses connaissances et à combler des lacunes dans sa formation en vue d’une meilleure intégration des formations de base. Il permet à l’étudiant :

  • de s’initier aux études d’impact environnemental et socio-économiques des ouvrages ;
  • d’acquérir les connaissances de base sur les systèmes d’informations géographiques ;
  • de s’initier aux principales méthodes et techniques d’acquisition et d’analyse d’images satellitales ;
  • de compléter sa formation disciplinaire de base par l’ouverture à d’autres disciplines scientifiques ayant trait à la gestion des données à référence spatiale.
    Dans cette perspective, le MASTER 2 en Géomatique, Aménagement et Gestion des Ressources (GAGER) offre aux apprenants un cadre pour apprendre à raisonner globalement et pour agir localement en pensant à la fois à l’espace et au temps.
    En combinant les sciences géographiques et informatiques, cette formation implique toutes les disciplines qui s’intéressent à l’information géographique numérisée (agriculture, aménagement, cartographie, environnement, géodésie, géographie, géologie, hydrologie, pédologie, topographie, télédétection, urbanisme…).

 Dispositif de la formation

1. Conditions d’admission

L’admission en MASTER 2 en Géomatique-Aménagement-Gestion des ressources est ouverte aux titulaires d’une Maîtrise ou Master 1 en une des filières ou spécialités suivantes :

  • Géographie ;
  • Sciences de la Terre ;
  • Sciences de la Vie ;
  • Informatique ;
  • Génie Environnement / Sciences environnementales
  • Diplôme d’ingénieur de conception (Bac + 5) en agriculture, environnement, génie civil, génie rural et topographie ;
  • Tout autre diplôme jugé équivalent.

La sélection des candidats se fait sur les critères suivants :

  • Adéquation du profil aux prérequis et aux objectifs de la formation ;
  • Qualité du cursus universitaire et résultats de la Maîtrise ou de MASTER 1 ;
  • Motivation et projet professionnel ;
  • Qualité de l’expérience professionnelle du candidat ;
  • L’aptitude du candidat à manipuler l’outil informatique ;
  • La facilité d’accès internet du Candidat.

2. Compétences à acquérir

Centrées sur les volets technologique et professionnalisant, les compétences développées sont directement liées à la géomatique au sens large, mais également à tout ce qui concerne la vie d’une entreprise ou d’une collectivité locale et son positionnement par rapport aux autres. L’accent est mis sur l’innovation, la veille technologique, la connaissance des technologies libres et gratuites en matière de collecte, de stockage, d’analyse et de gestion des données socio-économiques et environnementales.

3. Perspectives professionnelles

Ce MASTER prépare les étudiants aux métiers de l’aménagement et de la gestion des ressources à base de l’information géographique.
Les diplômés issus de cette formation, directement opérationnels, sont capables de s’adapter à des domaines d’études très variés, aussi bien au sein des collectivités territoriales, que chez des prestataires de services (Bureaux d’études), les gestionnaires de l’environnement, les instituts de recherche….
Techniciens à double compétence, ils peuvent occuper des postes de chefs de projets dans des entreprises privées ou publiques, ou de chef de services techniques des municipalités dans des domaines divers, mais dont la carte, le plan, l’information numérique spatialisée et l’informatique sont les principaux outils.

4. Fonctionnement de la formation

Le Master GAGER est organisé essentiellement sur 2 semestres :

  • a) le premier semestre de cours théoriques et travaux pratiques regroupés en unités d’enseignements ;
  • b) le second semestre réservé au stage professionnel sur un thème agréé dans une structure d’accueil sérieuse et reconnue.
    L’admission en stage est conditionnée par une note moyenne au moins égale à 10/20 en enseignements théoriques et travaux pratiques ; toute note inférieure à 7/20 dans une matière enseignée est éliminatoire. Les inscrits exerçant une activité professionnelle en lien avec la thématique du GAGER peuvent solliciter des stages dans leurs structures professionnelles.

Selon les unités d’enseignements (UE), un accompagnement pédagogique est organisé sous la forme d’un tutorat individualisé intégralement par Internet ou par le biais d’un forum tutoré.

Deux types de séances de regroupements sont prévus :

  • Une séance de regroupement local de trois jours dans le CNF de l’AUF est prévue en début de formation pour la prise de contact avec l’équipement d’encadrement et l’introduction aux différents outils de Formation.
  • Une séance de regroupement d’une durée de dix jours à l’Université de Ngaoundéré au Cameroun est prévue au sixième mois de l’année académique pour la prise en main des différents outils nécessaires à la professionnalisation des apprenants. Les frais de transport et de séjour lors de ces regroupements au Cameroun sont à la charge des candidats sélectionnés.

La soutenance du mémoire de fin d’étude peut se faire à distance par visio-conférence.

5. Modalités d’évaluation

Des deux grands types d’évaluation (évaluation formative et évaluation sommative) seule l’évaluation formative sera au service du suivi pédagogique. Quant à l’évaluation sommative, c’est une sanction (au sens large) qui devra clôturer une période pédagogique et donner lieu à une note qui certifiera un acquis et participera à l’orientation de l’apprenant.

Chaque élément constitutif d’un cours peut contenir des évaluations classées en trois catégories :

  • Les exercices d’auto-évaluation, permettant à l’apprenant de se familiariser aux concepts de base du cours ;
  • Les exercices d’application permettant de vérifier certaines notions et processus d’apprentissage relatifs au cours ;
  • Une activité globale permettant de mettre en relief, à travers une situation problème ou cas pratique, les différents concepts, notions et méthodes présentés dans les différences séquences de l’élément constitutif.

Chaque élément constitutif d’un cours fait l’objet d’une évaluation terminale particulière telle que précisée dans son schéma conceptuel.Pour le formateur, l’évaluation devra être considérée comme un appui pédagogique permettant une meilleure adaptation de son enseignement envers chaque apprenant.

6. Les outils de suivi pédagogique

Le suivi pédagogique, dans ce context, est une relation pédagogique instrumentée par des outils d’évaluation formative, dans le but d’aider l’apprenant à atteindre les objectifs visés par la formation. Les outils suivants sont pris en considération :

  • Questionnaire à choix multiple ;
  • Texte lacunaire ;
  • Texte induit ;
  • Appariements ;
  • Production personnelle. Les formateurs, via la plateforme de formation à distance, exploitent les dispositifs de communication synchrones et asynchrones pour reproduire des conditions quasi présentielles, dans lesquels on est assuré que l’interlocuteur est bien l’apprenant régulièrement inscrit à la formation.
    Certains procédés comme les séminaires virtuels ou l’incitation à la collaboration entre pairs, concourent à la fois à la formation des apprenants et au contrôle de cette « fréquentation ».

7. Contacts et suivi dans le monde professionnel

Deux modes complémentaires de contact et d’insertion professionnels : les projets tutorés et les stages en entreprise.

  • Les projets tutorés se réalisent via la plateforme. Chaque projet est discuté et arrêté avec un encadreur et un professionnel. Ce peut être par exemple l’évaluation des potentialités d’un logiciel.
  • Le stage, d’une durée de 05 mois est recherché auprès des entreprises et bureau d’études par les formateurs et les apprenants. Il leur permet de mettre en œuvre les techniques acquises et/ou d’approfondir leurs connaissances pratiques sur un outil ou une application particulière de la géomatique. Il s’effectue à la fin du premier semestre et donne lieu à un rapport dénommé « Mémoire de Master GAGER » écrit, évalué et soutenu devant un jury.

L’entreprise ou le service d’accueil et le sujet du rapport sont choisis d’un commun accord par le Responsable de Formation, l’encadreur et l’étudiant. Il s’inscrit autant que possible dans le projet professionnel de l’étudiant, en complémentarité ou en affirmation de sa formation initiale.

L’étudiant devra disposer d’un minimum d’équipements nécessaires pour travailler, notamment un micro-ordinateur portable avec connexion internet haut débit.