Titres des résumés

Résumés

Évaluation de l’impact de l’afflux des réfugiés centrafricains sur le couvert végétal entre 2002 et 2017 dans les localités de Borgop et de Ngam

Solange SADJO LABE (1), Innocent Prosper TCHOULI (2), Narcisse TALLA TANKAM (3), Michel TCHOTSOUA (4)
1) Ingénieure géomaticienne, ACAGER – Ngaoundéré
2) Doctorant en géographie, Université de Ngaoundéré
3) Chargé de cours, ENS Bertoua, Université de Ngaoundéré
4) Professeur titulaire des universités (Université de Ngaoundéré)

Résumé. L’un des problèmes liés à l’afflux des réfugiés dans un pays est son impact sur le couvert végétal. Les localités de Borgop et de Ngam qui abritent les réfugiés centrafricains n’en sont pas épargnées. La dynamique temporelle dans les deux localités a été étudiée à partir de l’analyse diachronique des trois images Landsat acquises de 2002, 2013 et 2017 complétées par des vérités terrains. Les résultats indiquent un taux de dégradation annuel de 0,44% entre 2002 et 2013 et 2% entre 2013 et 2017. Cette dynamique récente est due essentiellement aux activités anthropiques des réfugiés.
Mots-clés : Évaluation, couvert végétal, Réfugiés centrafricains, Borgop et Ngam.

================================================================

État des ressources floristiques dans le secteur d’implantation des camps des refugiés du Département de la Nya-Pendé en octobre 2012

Robert MADJIGOTO (1), Issa DOUBRAGNE (2), Barnabas Guy-vi GUILOU FACHO (3)
1) Chef du Département de Géographie, Université de N’Djamena
2) Directeur Général de l’Initiative Humanitaire pour le Développement Local (IHDL)
3) Environnementaliste-géomaticien, Expert en gestion des ressources naturelles, Coordonnateur du Projet Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL)

Résumé. De par sa situation géographique, le Département de la Nya-Pendé constitue une zone de transition entre la forêt équatoriale et la savane soudano-Guinéenne. Les précipitations dépassent les 1000 mm par ans. Suite aux conflits en RCA en 2003, un afflux massif de plus de 29000 réfugiés s’est opéré. Ils sont installés dans trois (3) camps. La forte augmentation de la population s’est traduite par une forte pression sur les ressources. Sur la base de la classification de l’image satellite de 2012 et de l’analyse des données d’enquêtes et d’inventaires floristiques, la présente étude a mis en évidence l’impact de la présence des réfugiés sur les ressources floristiques. L’inventaire a montré des quantités énormes d’arbres détruits. L’habitat de la faune est entamé et a contribué à sa disparition. Un plan de développement de la zone d’installation des réfugiés est à réaliser d’urgence.
Mots clés : Camp des réfugiés, végétation, flore, inventaire multi ressource, Nya-Pendé.

===============================================================

Exploitation et résilience du Lophira lanceolata, Daniellia oliveri et Hymenocardia acida sur le plateau de Ngaoundéré

Félix BOUYO NDOLEDJE (1), Sylvain AOUDOU DOUA (2)
1) Université de Ngaoundéré, Département de Géographie
2) Université de Maroua, Institut supérieur du Sahel

Résumé. L’exploitation du bois sur le plateau de l’Adamaoua constitue un enjeu majeur pour la population en raison de leur utilisation multiple (bois de chauffe, charbon, bois d’œuvre, fourrage et source de revenue). Les espèces caractéristiques de la région, notamment Lophira lanceolata, Daniellia oliveri et Hymenocardia acida, sont les plus sollicitées. La présente étude vise à contribuer à la gestion durable de la ressource ligneuse par l’évaluation socio-environnementale liée à la problématique du bois de feu et la capacité de régénération des espèces dans les zones de coupe. Différentes méthodes ont été utilisées en fonction des informations recherchées : Les listes libres (Freelisting),le guide d’entretien ont permis la collecte des données socio-économiques auprès des acteurs de la filière bois, l’analyse diachronique des images satellitaires de 2000 et 2015, a permis d’apprécier la vitesse de dégradation du couvert végétal qui est non seulement liée à la sollicitation humaine mais aussi et surtout à la faible résilience de ces espèces caractéristiques de la région. Les résultats des enquêtes socio-économiques montrent une diversité spécifique de quarante-cinq espèces (ligneuses) distinctes utilisées à diverses fins. L’analyse diachronique des images satellitaires indique une dégradation significative des savanes arborées de 23,25% en 2000 à 21,31% en 2015. Les conséquences directes de cette dégradation sont le changement rapide de la physionomie du paysage des savanes et l’augmentation des gaz à effet de serre dans la nature.
Mots clés : Ligneux, bois de chauffe, régression du couvert végétal, résilience, plateau de Ngaoundéré.

===============================================================

Équations allométriques mono et multi-spécifiques pour l’estimation de la biomasse aérienne des ligneux des savanes des Hautes Terres de l’Ouest Cameroun

Junior Baudouin WOUOKOUE TAFFO (1), Victor François NGUETSOP (2), Théophile FONKOU (3), Samuel Séverin KENFACK FEUKENG (4)
1) Laboratoire de Botanique Appliquée
2) Département de Biologie
3) Faculté des Sciences
4) Université de Dschang Cameroun

Résumé. Les écosystèmes de savane sont d’importants stocks de carbone terrestres et leur quantification est cruciale pour comprendre l’impact global des changements du climat. Cette étude avait pour but de formuler les équations allométriques multi et mono-spécifiques pour évaluer la biomasse des ligneux des savanes des Hautes Terres de l’Ouest-Cameroun. Des données de la biomasse ligneuse aérienne ont été obtenues par la méthode destructive à partir de 103 arbres de diamètre > 5 cm appartenant à sept (07) espèces. Des rapports proportionnels entre la biomasse aérienne et le diamètre à hauteur de poitrine ont été construits à partir de 8 modèles allométriques (linéaire, croissance, composé, exponentiel, quadratique, cubique, puissance et logarithmique). Des données rassemblées et analysées, deux modèles allométriques sont suggérés, basés sur des régressions quadratiques et cubiques. L’évaluation du stock de carbone basée sur ces modèles a donnée des résultats avec un coefficient de détermination élevé (R² ajusté > 0,9). Les tests d’ANOVA ont montré une très faible différence entre les valeurs moyennes des données expérimentales et celles des modèles. Les résultats montrent que les plus grands risques de biais sont situés au niveau des sujets de gros diamètre (> 21 cm) alors que la bonne prédiction de la biomasse se trouve sur des individus de petits diamètres (< 21 cm) qui sont dominants dans les écosystèmes de savane. Les modèles mono-spécifiques caractérisent mieux la biomasse comparée à des estimateurs globaux.
Mots clés : Biomasse aérienne, Cameroun, Diamètre à hauteur de poitrine, Équations allométriques, Savanes d’altitude.

===============================================================

La problématique de l’aménagement halieutique au Gabon : entre gestion et organisation des territoires de pêches maritimes

Aline-Joëlle LEMBE épouse BEKALE (1)
1) Université Omar BONGO, Département de Géographie, Centre d’Etudes et de Recherches en Géosciences politiques et Prospective (CERGEP)

Résumé. Le Gabon milite aujourd’hui pour une plus grande ouverture à la mer afin de permettre au secteur des pêches d’être à la fois compétitif et durable. La volonté de diversification de l’économie nationale encore largement tributaire de l’extraction pétrolière encourage à développer d’autres secteurs d’activités dont celui de la pêche maritime. L’objectif de la présente réflexion est de porter un regard critique sur les politiques visant à impulser des dynamiques de gestion et d’organisation durable des pêches maritimes. En ce sens, elle s’appuie au plan méthodologique, sur une démarche qualitative basée sur une analyse de contenu de type catégoriel des textes officiels en matière d’aménagement halieutique au Gabon, des rapports annuels et études cadres quinquennales ou décennales de la Direction Générale des Pêches et de l’Aquaculture (DGPA). Pour ce faire, les unités d’analyse retenues sont essentiellement les licences de pêche, les parcs marins, les périodes de repos biologiques et les infrastructures. Les principaux résultats de cette recherche permettent d’observer trois niveaux de dysfonctionnement : un décalage entre les textes juridiques et les méthodes de production ; une connaissance sommaire des différents territoires de pêche et de leurs acteurs ; une faiblesse d’infrastructures de débarquement et de commercialisation. En somme, les conclusions de cette recherche invitent à requestionner la problématique plus globale du développement durable des territoires de pêche en Afrique centrale et au Gabon en particulier. L’analyse réalisée soutient l’idée que les réalités territoriales peinent encore à être prises en compte dans la définition des projets d’amélioration du secteur halieutique.
Mots clés : Politiques halieutiques, Pêches maritimes, Territoire de pêche, Aménagement, Exploitation durable, Gabon.

===============================================================

Persistance de l’exploitation anarchique du bois de rônier dans le Loug-Chari (Tchad) : complicité de rôle entre acteurs

Blao Martin ZOUA (1), Amane TATALOUM (2)
1) Doctorant, Assistant, Enseignant-chercheur, Département de Géographie, Faculté des Sciences humaines et sociales (FSHS), Université de N’Djamena
2) Maître assistant, Enseignant-chercheur, Département de Géographie (FSHS), Université de N’Djamena

Résumé. En dépit de l’interdiction de la coupe abusive du bois vert par l’État depuis 2008, le bois du rônier continue d’être exploité de façon frauduleuse par les populations. La lecture de la documentation existante, les enquêtes de terrain et le traitement des données collectées ont permis d’identifier cinq catégories d’acteurs : les doyens d’âge, les agents des eaux et forêts, les exploitants de bois de rônier, les démarcheurs et les commerçants-transporteurs. La recherche de revenus monétaires est le principal mobile qui anime chacun d’eux. En dehors des démarcheurs et des commerçants-transporteurs, les autres acteurs de cette filière continuent à œuvrer cependant pour la pérennité de la ressource. Vu les enjeux, les défis et les intérêts qui émanent de la forme actuelle de l’exploitation du bois de rôniers dans le Loug-Chari, n’y a-t-il pas urgence de mettre en place une structure de gestion consensuelle ? Les résultats issus du présent travail permettent de comprendre les stratégies d’acteurs et donnent des pistes pour la planification et la gestion de cette ressource.
Mots clés : Bois de rônier, exploitation, jeu des acteurs, rônier, Tchad.

===============================================================

Utilisation des SIG mobiles et l’outil vertex dans la gestion forestière : une application dans la forêt de l’école nationale des eaux et forêts de Mbalmayo

Germain MBOCK (1), Danièle TJOMB (2), Phillipes MBEVO FENDOUNG (3), Gilles Ivan AKAMBA (4)
1) Ecole Nationale des Eaux et Forêts (ENEF) de Mbalmayo, Directeur
2) Ecole Nationale des Eaux et Forêts (ENEF) de Mbalmayo, Enseignante et Géomaticienne
3) Université de Yaoundé, Doctorant en Géographie physique et Géomaticien
4) Professeur des lycées d’enseignement général en Géographie et Géomaticien

Résumé. L’avènement des technologies spatiales et leurs applications multiples ont considérablement allégé la gestion de l’environnement. Les Systèmes d’Informations Géographiques (SIG) et la télédétection proposent une gamme variée d’outils couramment utilisés dans l’aménagement du territoire et la gestion des ressources naturelles. Dans le domaine de la foresterie, la réalisation des inventaires géoréférencés, des plans de sondage et du zonage forestier fait de plus en plus recours aux SIG mobiles, notamment l’ArcPad et le vertex. Ces deux outils révolutionnaires interviennent respectivement dans le géoréférencement des arbres en prenant en compte le diamètre et dans l’estimation de la hauteur des arbres. Le ArcPad est incorporé dans un autre outil appelé Personal Digital Assistant (PDA) qui lui aussi incarne les applications GPS et certaines fonctionnalités du logiciel ArcMap. L’objectif de cette recherche est d’appliquer ces deux outils dans la gestion de la forêt école de l’ENEF, notamment dans l’inventaire géoréférencé des arbres/essences et l’estimation des hauteurs des arbres. Pour y parvenir, la parcelle expérimentale (d’étude) est géoréférencée à l’aide d’un GPS, puis enregistrée dans l’ArcPad. L’inventaire se fait ainsi de façon mobile, en se déplaçant à l’intérieur de la parcelle. Les données collectées sont automatiquement enregistrées en format Shapefile et facilement importable sous SIG. Fort de cette démarche, un certain nombre de résultats sont obtenus. Il apparaît que cette portion de forêt a une forte diversité floristique (Abyzia, Aiele, Azoba, Fraka, Sapeli, Movingui, Ilomba, Iroko, etc). Le diamètre des arbres varie entre 26 et 120 cm et les hauteurs sont comprises entre 10 et 38 mètres. Trois cartes thématiques sont produites pour faciliter la gestion de cet espace forestier. Pour pérenniser cette technologie, 18 enseignants de l’ENEF et deux écogardes sont formés dans la manipulation de ces outils. Ces derniers auront la charge de retransmettre ce savoir-faire à leurs apprenants, afin de vulgariser la technologie.
Mots clés : SIG mobiles, Gestion forestière, Mbalmayo, inventaire géoréférencé.

===============================================================

Urbanisation et inégalités socio-spatiales dans la ville de Bouaké en Côte d’Ivoire

Souleymane DIAGABATE (1)
1) Docteur en Géographie, Laboratoire Dynamiques Sociales et Recompositions des Espaces (Ladyss), Université Paris 8 Vincennes Saint Denis (France)

Résumé. L’urbanisation essentiellement spontanée de la ville de Bouaké est marquée par la phagocytose des villages périphériques. Pour cerner cette urbanisation ainsi que les acteurs de la gouvernance de la ville, la revue de la littérature, les observations et levées cartographiques de terrain combinées aux enquêtes et entretiens ont été menés. L’analyse des données collectées révèlent que le site urbanisé se localise sur une faible pente d’environ 10%. Cette caractéristique principale explique en partie l’extension rapide de la ville. Les cours d’eau Loka et Khan qui traversent la ville ont morcelé le territoire urbain lui donnant un aspect de ville difficilement aménageable. Les discontinuités du territoire urbain entraînent une répartition inégale de la population. L’inégale répartition des populations et les travaux d’aménagement ont introduit des inégalités socio spatiales entre les mailles de l’espace urbain.
Mots clés : Côte d’Ivoire, Bouaké, urbanisation, environnement, inégalités socio-spatiales.

===============================================================

Problématique de l’approvisionnement en eau potable dans la ville de Bouaké (Côte d’Ivoire)

Bêh YEO (1), Egue Alphonse Charles TROTSKY MEL (2), Brou Emile KOFFI (3)
1) Doctorant, Université Alassane Ouattara, Bouaké, Côte d’Ivoire
2) Assistant, Université Jean Lorougnon Guédé, Daloa, Côte d’Ivoire
3) Professeur Titulaire, Université Alassane Ouattara, Bouaké, Côte d’Ivoire

Résumé. Dans cet article, les auteurs analysent les facteurs explicatifs du déficit d’eau potable dans les ménages de Bouaké. A la suite des recherches documentaires, du dépouillement et de l’analyse des enquêtes par questionnaire, ils notent que l’inégale répartition des infrastructures, l’absence ou le mauvais entretien de ces infrastructures obligent les populations à faire recours à d’autres sources d’eau généralement impropres à la consommation. Mais ces recours qui ne résolvent pas le déficit, sont, pour la plupart illégaux, coûteux et exposent les populations à des risques sanitaires.
Mots clés : Côte d’Ivoire, Bouaké, eau potable, déficit, approvisionnement.

===============================================================

Géomatique, mobilisation et perception des taxes dans la Commune de Saint Louis du Nord (Haïti)

Félix SAINTERVIL (1), Narcisse TALLA TANKAM (2), Michel TCHOTSOUA (3)
1) Master II en Géomatique Aménagement et Gestion des Ressources
2) Chargé de cours, Université de Ngaoundéré, ENS de Maroua
3) Professeur Titulaire, Université de Ngaoundéré, Département de Géographie

Résumé. La décentralisation des pouvoirs de l’État en Haïti à partir de la constitution de 1987, amendée en 2015 fait de la Commune une entité à part entière des Collectivités Locales, jouissant de l’autonomie administrative et financière, capable de mobiliser les ressources locales pour augmenter son assiette fiscale. Toutefois, les recettes provenant des impôts et taxes propres à la collectivité communale n’ont donné jusqu’ici qu’un rendement médiocre, y compris la contribution foncière des propriétés bâties (CFPB) qui représente la base taxable. Donc, nombreux sont les questionnements sur l’habilité de ce maillon important de l’État au niveau local en ce qui concerne l’augmentation des recettes locales. En effet, tout s’explique par la complexité et la difficulté pour la municipalité à mettre en place une instrumentation adaptée pour identifier les sources de recettes fiscales locales procéder au recensement, concourir à leur mobilisation et assurer l’émission des rôles et leur recouvrement. A la lumière des résultats de ce montage d’application, la géomatique, peut faciliter la définition de stratégies de mobilisation optimum des taxes locales notamment le développement des connaissances et outils favorisant l’accumulation des informations précises, pratiques et techniques de la réalité. Son apport constitue donc, un moyen de se projeter et de mieux anticiper les effets de changement d’une politique publique locale en matière de mobilisation fiscale et de gestion.
Mots clés :  Haïti, Saint Louis du Nord, Mobilisation fiscale, CFPB, SIG.

===============================================================

Impact de l’écobuage maala sur les propriétés physico-chimiques et la productivité des sols argileux acides de la vallée du Niari (Congo)

Jean de Dieu NZILA (1), Roland MOREAU (2), Irène MBOUKOU-KIMBATSA (3)
1) Ecole Normale Supérieure (ENS), BP 237 Brazzaville, Congo
2) Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Montpellier, France
3) Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie et de Foresterie (ENSAF), Brazzaville, Congo

Résumé. L’écobuage de type maala est une variante de la culture sur brûlis qui consiste à façonner   de longs billons (10 à 20 m) dans lesquels sont enfouies des herbes de savane entrelacées, préalablement séchées et entassées en andains, soumises par la suite à une combustion à l’étouffée. L’écobuage est étudié sur un champ de mise en culture traditionnelle d’environ 400 m2. Les analyses sont réalisées sur le sol tamisé à 2 mm. La détermination de la biomasse des peuplements des macroinvertébrés du sol est basée sur la méthode d’échantillonnage recommandée par le programme TSBF “Tropical Soil Biology and Fertility” (Lavelle, 1988 ; Anderson et Ingram, 1989 ; Mboukou-Kimbatsa, 1997). On note une baisse globale de 30 % de la matière organique dans le billon écobué après la combustion. Les pertes d’azote total sont moins importantes (20 %) ; elles seraient compensées par une augmentation d’azote ammoniacal. Par ailleurs, on observe dans les billons écobués une nette augmentation des cations échangeables (4.86 à 8.29 cmol.kg-1 de sol), du taux de saturation du complexe absorbant (35 à 65 %) et du pH (de 5.1 à 6.5), réduisant ainsi la toxicité manganique observée sur ces sols. Les teneurs en phosphore total sont peu variables dans tous les échantillons (voisines de 3 ‰) alors que celles du phosphore assimilable augmentent progressivement dans les phases soumises à des fortes élévations de température (de 0.44 à 1.47 ‰). Avec une durée de cultures de 3 ou 4 ans, les rendements de manioc (22 t.ha-1) et d’arachide (1,2 t.ha-1) sur les champs écobués sont nettement supérieurs à ceux obtenus par d’autres systèmes de culture sur brûlis ou en culture mécanisée.
Mots clés :  Congo, Vallée du Niari, écobuage, Ferralsols, fertilité du sol.