(+237) 222 25 18 44 / (+237) 699 80 64 83 / (+237) 677 63 89 25 acagerj@yahoo.com

RIGAGER Numéro 6 – RÉSUMÉS DES ARTICLES

Titres des résumés

Résumés

Apport des Systèmes d’Information Géographique à la gestion des programmes de Zones d’Aménagement Concerté

NDAO Rama (1)

1) Géographe – Urbaniste, Direction générale de l’Urbanisme et de l’Architecture (DGUA)

Résumé. Considéré comme outil de gestion de l’urbanisme et de l’urbanisation au Sénégal, le programme de la Zone d’aménagement concerté s’inscrit dans les politiques mises en place par le Pouvoir public dont la gestion est assurée par la Direction de l’urbanisme et de l’architecture. La mise en œuvre de ce programme de logement social inclut également les terrains, les acteurs et les bénéficiaires. Ainsi, autant d’informations émanent de sa gestion. Cependant, ces données ou informations sur le programme sont sur papier. L’objectif de cet article est de montrer l’importance de l’intégration d’un système d’information géographique dans le domaine de l’urbanisme, notamment dans la gestion du programme d’aménagement concerté. L’objectif est de lier urbanisme et géomatique à travers la création d’une base de données SIG interne à partir de données collectées sur le terrain et extraites d’images satellites à l’aide d’outils géomatiques.
Mots-clés : Zone d’Aménagement Concerté, urbanisme, Système d’information géographique, Base de données, Géomatique.

================================================================

Détection des zones sous-pression de stationnement dans la ville de Yaoundé : une approche par SIG et enquêtes de terrain

TCHUEMBOU TALOM Boris (1), ETOUNA Joachim (2)

1) Géomaticien, association « I LOVE GEOMATICS »
2) Chercheur, Institut National de Cartographie (Cameroun)

Résumé. Le problème du stationnement illicite est depuis 2006 combattu par les pouvoirs publics de la ville de Yaoundé. Pour juguler le phénomène, la ville a institué des parkings payants et a mis sur pieds tout un mécanisme pour sa bonne gestion. Seulement, ces mesures n’ont pas toujours été suffisantes pour atténuer efficacement la situation et les conséquences se sont fait ressentir par un stationnement illégal et des conflits entre acteurs. Dans l’optique de contribuer à l’amélioration du bien-être urbain, et favoriser des prises de décisions éclairées, nous avons à partir des systèmes d’informations géographiques et des enquêtes de terrain, détecté les zones où sont enregistrées les plus grandes difficultés de stationnement. La méthode a reposée sur une analyse multicritères avec  croisement des données du stationnement illicite pénalisé et du taux de congestion des rues à parkings. Il ressort des résultats obtenus que sur 51% de ces rues, la demande exprimée est 02 à 10 fois supérieure à l’offre. Cependant l’essentiel des plus grandes peines est ressentie dans trois couloirs  à savoir la zone ministérielle, le périmètre du carrefour Elig-essono et le chapelet avenue des banques, Hôtel de ville, ministère de la communication, SGBC Anne-rouge, marché central, Kennedy et marché du Mfoundi.
Mots-clés : Parking, SIG, taux de congestion, stationnement illicite pénalisé, pression de stationnement.

===============================================================

Géomatique et cartographie des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) au Cameroun. L’exemple de la Commune de Tignère (Région de l’Adamaoua)

NDJEUTO TCHOULI Prosper Innocent (1), BATCHANOU KAMTCHOUM Péguy (1), MOHAMADOU Arabo (1), TCHOTSOUA Michel (2)

1) Association pour la cartographie et la gestion des ressources, Ngaoundéré
2) Professeur, Laboratoire de Géomatique, Université de Ngaoundéré

Résumé. Le Cameroun, à l’instar de la plus part des pays africains, est entré dans l’aire de la Décentralisation. Seulement, il manque aux communes des outils d’aide à la décision fiables notamment les Bases de données SIG. Le gouvernement Camerounais, avec l’aide de la communauté des bailleurs de fonds multilatéraux et bilatéraux, a mis en place un processus dont l’objectif est de permettre aux collectivités territoriales décentralisées de se doter des moyens efficaces dans le processus de décentralisation. Le Programme National du Développement Participatif (PNDP) étant  l’un des cadres opérationnels de la mise en œuvre de la stratégie de réduction de la pauvreté dans sa composante « Appui au développement local », a à la suite d’un diagnostic préliminaire en vue de la détermination des indicateurs des valeurs de référence, a financé l’élaboration d’un Plan Communal de Développement (PCD) de la commune de Tignère. Ainsi, l’Association pour la Cartographie et la Gestion des ressources (ACAGER) a été retenue pour apporter une assistance technique à la réalisation de ce plan dont l’un des objectifs majeurs était la constitution d’une une base de données à référence spatiale pour la Commune de Tignère. La présente communication donne la définition du SIG, la méthode développée pour la réalisation du SIG de la Commune de Tignère ainsi que quelques résultats directement exploitables par la Commune avant de conclure par un certain nombre de défis à relever pour une meilleure contribution des bases de données SIG à une gestion efficiente, efficace et rentable des Collectivités Territoriales Décentralisées.
Mots-clés : Aménagement du territoire, base de données à référence spatiale, Système d’Information Géographique, Outil d’aide à la décision, Commune, Tignère, Cameroun.

===============================================================

Pratiques agricoles dans l’espace urbain, des enjeux pour la consommation alimentaire et la planification urbaine à Doba (Tchad)

BÉTINBAYE Yamingué (1), DJIMADOUMADJI Tasbé (2), MAN-NA Djangrang (3), NDAMÉ Joseph Pierre (4)

1) Docteur en Géographie,Université de Ngaoundéré, Cameroun
2) Doctorant en Géographie, Université de Ngaoundéré, Cameroun
3) Maître de conférences, Université d’Ati, Tchad
4) Maître de conférences, Université de Ngaoundéré, Cameroun

Résumé. Le foncier urbain, par son appropriation et surtout sa valorisation, pose des problèmes de gestion urbaine aux villes tchadiennes. Analysé dans le cas de Doba, au sud du Tchad, de 2003 à 2018, il est révélateur d’un paradoxe urbain caractérisé par la ruralisation de ses usages. Cette étude a pour objectif de diagnostiquer ce phénomène, afin de formuler des suggestions pour sa prise en compte dans les outils de planification urbaine de cette ville moyenne d’Afrique subsaharienne. Pour essayer de répondre à la question de la ruralisation des usages du foncier urbain à Doba, la démarche hypothético-déductive est employée avec une méthodologie qui combine les approches qualitative et quantitative. Les outils utilisés sont les observations directes, les entretiens informels, la recherche documentaire, les levés GPS et l’enquête de terrain. Les outils cartographiques sont réalisés à l’aide des données d’entrée de 2003, couplées avec celles collectées en 2018. Les résultats obtenus montrent que Doba s’est illustrée depuis 2003 comme la principale ville pétrolière du Tchad. Pourtant, un accroissement des superficies des cultures vivrières de 31770,5 à 50675 hectares est enregistré autour de la ville par les services déconcentrés de l’Agence nationale de développement rural. Par ailleurs, l’espace urbain de cette agglomération est de plus en plus marqué par des jardins de case et des petites exploitations maraîchères, qui viennent s’ajouter au Casier C, un périmètre hydroagricole à la périphérie de la ville. Ces différentes pratiques agricoles confirment une tendance progressive à la ruralisation des usages du foncier urbain à Doba.
Mots-clés : Foncier urbain, ville, ruralisation, agriculture, Doba.

===============================================================

Niveaux de vie des populations de la ville de Daloa (Côte d’Ivoire) et stratégies de lutte contre le paludisme

ADOU Diané Lucien (1)

1) Maître-Assistant, Département de Géographie, Université Jean Lorougnon Guédé, Daloa (Côte d’Ivoire)

Résumé. Cet article présente les résultats de l’évaluation de l’impact du niveau de vie des populations sur les stratégies de lutte contre le paludisme à Daloa. A partir des recherches documentaires, d’interview et d’une enquête par questionnaire auprès des ménages, nous avons catégorisé les ménages selon la méthode d’échantillonnage raisonné. Il s’agit de la sélection des unités d’échantillonnage (quartiers et ménages urbains). Les quartiers sont choisis de manière raisonnée et classés en 3 catégories (les quartiers résidentiels, évolutifs et précaires) tandis que les ménages sont choisis de manière aléatoire (175) et enquêtés suivant la méthode des pas et classés en fonction des indicateurs sociodémographiques du niveau de vie retenus avec leurs moyens de lutte privilégiés contre le paludisme. Il en ressort que les différents niveaux de vie à travers des indicateurs comme les types de quartiers (précaires, évolutifs et résidentiels) (les revenus, les types d’emploi, le niveau scolaire, la taille des ménages) ont un impact significatif  sur les stratégies de lutte contre le paludisme.
Mots-clés : Daloa, paludisme, niveau de vie, stratégies de lutte.

===============================================================

Développement local autour du Parc National de Bouba Ndjidda: cas des terroirs de Gouga, Kali, Koum, Madingring, Mbissiri et Tham au Nord-Cameroun

NISSO Youribele (1) et TEWECHE Abel (2)

1) Assistant de Géographie, ENS, Université de Maroua
2) Chargé de cours, ENS, Université de Maroua

Résumé. L’approche participative de la gestion des aires protégées démarrée depuis la conférence de Rio de Janeiro de 1992 est devenue applicable au Cameroun avec la loi n° 94/ 01/ du 20 Janvier 1994 portant régime des forêts. Ladite loi, reconnaît aux communautés villageoises, le droit de tirer profit de leur forêt (article 8). Ainsi, les populations riveraines du Parc National de Bouba Ndjidda bénéficient des retombées de la richesse de ce parc. L’objectif de cet article est d’analyser l’apport des emplois locaux et des redevances fauniques à l’amélioration des conditions de vie des riverains. La méthodologie adoptée s’appuie sur les données cartographiques issues des levés GPS et des données PSFE (Programme Sectoriel Forêt Environnement), les enquêtes basées sur un échantillon de 283 individus représentatifs des populations riveraines. Ensuite, les entretiens réalisés avec les responsables de gestion du parc ont complété les observations de terrain. Les résultats obtenus révèlent que les populations riveraines bénéficient d’emplois locaux recrutant 219 personnes et des redevances fauniques contribuant au développement local : 15% dans le secteur sanitaire, 20% dans l’éducation et 15% dans l’adduction d’eau, dans les six villages enquêtés, 12 forages ont été réalisés grâce aux retombées des redevances fauniques.
Mots-clés : Développement local, terroirs villageois, Parc National, Nord-Cameroun.

===============================================================

Impact socio- économique de la commercialisation du charbon de bois au Nord Cameroun : cas du Parc National de la Bénoué

SAIDOU BOGNO Daniel (1)

1) Doctorant, Département de géographie, Université de Maroua

Résumé. Depuis plus d’une vingtaine d’années, le charbon de bois constitue la source d’énergie économiquement accessible pour les populations en zone soudano-sahélienne. En périphérie ouest du parc national de la Bénoué, la commercialisation du charbon de bois est une activité florissante, procurant des revenus aux ménages. Il s’agit d’évaluer l’impact socio-économique de la commercialisation du charbon de bois dans les terroirs périphériques ouest du Parc National de la Bénoué. La collecte des données a été faite dans deux villages (Banda et de Samoh gouna), grâce aux techniques d’observation directe et aux enquêtes (150 acteurs) et entretiens. Ces données ont été traitées et analysées avec Excel. Les résultats obtenus attestent que la commercialisation de charbon de bois comporte des enjeux socioéconomiques non négligeables car environ 80% de la population, bénéficient des revenus de cette activité pour satisfaire à leurs besoins de première nécessité .
Mots-clés : Carbonisation, commercialisation, charbon de  bois, impact socio-économique,  village, Park National de la Bénoué, Cameroun.

===============================================================

Le lac artificiel comme clé de lecture des inondations récurrentes dans la ville de Man (Côte d’Ivoire)

BOHOUSSOU N’Guessan Séraphin (1), DELY Iba Dieudonné (1) et ZAMBLÉ Bi Irié Elisé (1)

1) LaboVST, Université Alassane Ouattara, Cote d’Ivoire

Résumé. L’eau source de vie peut être une menace de par son absence ou son excès, d’où la nécessité d’aménagement pour en tirer le meilleur. Sur la base de l’analyse des précipitations, de la topographique, des résultats des enquêtes et des observations directes de terrain, les auteurs de cet article appréhendent la contribution du lac artificiel de Man sur les inondations  et par conséquent sur les populations. A Man, si les facteurs naturels exposent aux risques d’inondations, les facteurs anthropiques se présentent comme les causes aggravant la vulnérabilité des habitants, par le non entretien des infrastructures de gestion des eaux pluviales, notamment, le lac artificiel.
Mots-clés : Man, quartier Thérèse, inondations, marché, lac artificiel.

fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais